Disney annonce une nouvelle réduction de 353 millions de dollars de son investissement dans les médias

Disney annonce une nouvelle réduction de 353 millions de dollars de son investissement dans les médias
 

Le géant du divertissement avait précédemment enregistré une dépréciation de 157 millions de dollars sur sa participation dans Vice.

Disney a procédé à une nouvelle réduction de valeur de son investissement dans Vice Media.

La société a enregistré une dépréciation de 353 millions de dollars sur sa participation dans le nouveau média, a-t-elle révélé mercredi dans le cadre de son rapport sur les résultats du premier trimestre. Cela fait suite à une réduction de de 157 millions de dollars de son investissement dans Vice en novembre.

Disney a investi 400 millions de dollars dans Vice en 2015 par le biais de deux investissements successifs de 200 millions de dollars. Le conglomérat de divertissement détient également une participation dans Vice via A + E Networks, une joint-venture de Disney et Hearst qui a investi 250 millions USD dans Vice en 2014, et sa récente acquisition des actifs de 21st Century, qui a rapporté 70 millions USD à Shane Fondée par Smith en 2013.

Vice, qui avait débuté en tant que magazine punk rock à Montréal en 1994, est devenue au fil des ans une entreprise peu maniable comptant plusieurs milliers d'employés et plus de 30 bureaux à travers le monde. Mais récemment, la société a eu du mal au cours des dernières années à atteindre le statut de chouchou des médias traditionnels dans les médias traditionnels. L'année dernière, Nancy Dubuc, responsable de longue date d'A + E, a été sollicitée pour aider à transformer la société basée à Brooklyn. Elle a raconté en octobre The Hollywood Reporter que la Vice n'était pas rentable, mais qu'elle travaillait dans ce sens en se concentrant sur des domaines de croissance tels que le contenu de marque, la production cinématographique et télévisuelle. En février, Vice avait licencié environ 250 personnes soit 10% de son personnel, dans le cadre d'une réorganisation centrée sur les cinq priorités de l'entreprise et visant à réduire les licenciements internationaux.

Un groupe d'investisseurs, dont Soros Fund Management, de George Soros, et 23 Capital, ont manifesté leur soutien au plan de Dubuc la semaine dernière en armant Vice de dettes de 250 millions de dollars . Il s’agissait du premier financement de Vice depuis le départ de l’ancien PDG Smith. En 2017, TPG a investi 450 millions de dollars dans une transaction évaluant la société à 5,7 milliards de dollars.

"Vice tire à fond et veut atteindre, sinon dépasser, ses objectifs financiers pour le troisième trimestre consécutif" La porte-parole a déclaré dans un communiqué. "Le plan stratégique de notre nouvelle équipe de direction est bien engagé et, avec la récente augmentation de capital, nous continuerons d'investir dans la croissance à long terme de nos cinq activités mondiales - télévision, studio, numérique, informations et notre agence de publicité, Virtue. En tant que média Les industries se regroupent et moins de joueurs contrôlent les informations et les divertissements consommés par le monde. Vice sera toujours là avec un mégaphone pour plus de la moitié des habitants de la planète âgés de moins de 30 ans qui recherchent un contenu indépendant de classe mondiale. "[19659006] Dubuc, qui a assumé la direction de la société l’été dernier, a présenté son premier discours NewFront aux annonceurs le 1er mai, dévoilant ainsi les plans de consolidation de nombreuses marques numériques de Vice sur son site Web principal. La société a également déclaré qu'elle ne compterait plus le trafic en provenance de sites Web tiers dans ses statistiques mensuelles d'audience.