Hulu, PDG de Randy Freer, interviewé sur le podcast de Recode Media

Hulu, PDG de Randy Freer, interviewé sur le podcast de Recode Media
 

Au cours des quatre dernières années, vous avez pu regarder la télévision sur Hulu sans publicité - si vous êtes prêt à payer 12 $ au lieu de 6 $ pour votre abonnement mensuel. Et si cette option n’est pas un secret pour vous si vous vous inscrivez à Hulu, la société s’est fait un devoir de ne jamais annoncer qu’elle existe, a déclaré le PDG, Randy Freer.

«Je pense que vous verrez au fil du temps Nous commencerons à nous voir probablement lancer un peu plus de promotion, un peu plus de possibilités, de ne pas mettre plus de publicité au premier plan », a déclaré Freer lors du dernier épisode de Recode Media avec Peter Kafka . [19659003] Alors, pourquoi «pas de pub» n’a pas été un argument de vente pendant si longtemps? Pour Hulu, qui appartient conjointement à Disney et NBCUniversal *, l'objectif principal était de faire en sorte que davantage de personnes utilisent le service, ce que Freer a déclaré avoir fait: de 13 à 14 millions d'abonnés fin 2017 à 28 millions aujourd'hui. Mais l'entreprise perd encore de l'argent chaque année; Disney, qui détient la majorité de la société maintenant qu'elle a racheté son ex-copropriétaire, 20th Century Fox, s'attend à ce que Hulu soit rentable d'ici 2023 ou 2024.

Sur le nouveau podcast, Freer a annoncé son intention de commencer à faire de la publicité pour le plus cher Hulu No Commercials considère le choix des consommateurs comme un attrait - et dit qu'il accepte les changements de plans tout au long de l'année.

"Environ 60% des clients adhèrent encore au service de publicité", a-t-il déclaré. «Je pense que la chose la plus importante est le choix, et lorsque vous donnez aux gens le choix, ils sont beaucoup plus heureux avec leur opportunité et, finalement, leur décision ... [W] ici, nous en sommes là et pourquoi nous pensons maintenant, c'est le moment est venu de faire cela, car nous voyons des gens passer d'annonce à aucune annonce, d'annonce à diffuser, d'annonce à l'annonce, d'annonce à d'annonce à un moment donné au cours d'une année, selon ce que leurs habitudes d'écoute sont ".

* NBCUniversal est un investisseur minoritaire dans Vox Media.

Vous pouvez écouter Recode Media partout où vous obtenez vos podcasts - y compris Apple Podcasts Spotify Les podcasts de Google Les jeux de poche et Couverts . Dans le dernier épisode, vous entendrez également une mini-interview de l'auteur du podcast Vanity Fair et de l'expert de Game of Thrones Joanna Robinson.

Vous trouverez ci-dessous une transcription complète légèrement modifiée. de la conversation de Peter avec Randy.


Peter Kafka: Randy Freer, PDG de Hulu, qui est maintenant partenaire de Vox Media. Nous devrions nous débarrasser immédiatement de cette divulgation.

Randy Freer: Oh, c’est vrai.

Vous allez donner à mes patrons et à moi éventuellement de l’argent?

Eh bien, je suppose que c’est une façon de voir les choses. Bien sûr.

C'est ce que je pense à ce sujet.

Je pense que vous allez nous fournir une excellente occasion de créer un partenariat avec David Chang, Momofuku et un certain nombre d'autres partenaires du contenu gastronomique proposant un spectacle et nous '. Je paierai pour ces émissions.

Donc, Vox Media va faire une émission, elle apparaîtra à un moment donné sur Hulu avec David Chang. Faisons-nous également une émission de Crissy Teigen? J'étais confus à ce sujet.

C'est intéressant. Ce sont deux chemins distincts. L'un d'entre eux concerne Vox Media Studios pour le contenu gastronomique, où David Chang organisera plusieurs émissions culinaires, le premier étant Family Style qui comportera à la fois David et Crissy.

D'accord. Je ne souhaitais pas que vous parliez de l'émission de David Chang, bien que je sois heureux de pouvoir en parler.

C'est ce dont je compte parler dans la prochaine heure. [19659021] Je me suis dit que nous devrions nous en sortir. Quelles autres divulgations devrions-nous faire? Comcast est un investisseur minoritaire à Hulu. C’est un investisseur minoritaire chez Vox Media. Et je paie environ 45 dollars par mois à Hulu pour la télévision en direct.

Nous adorons ça. Merci.

Je suis l’un de ce qui fait un million de personnes qui le font?

Un peu plus que cela.

Ouais. Vous avez eu votre présentation Upfront hier. Vous affichez vos chiffres, vous avez 28 millions d’abonnés, soit 25 millions de plus qu’au début de l’année. Cela signifie donc que votre croissance a été rapide.

Oui.

Comme beaucoup de personnes l’ont souligné, cela signifie que votre croissance aux États-Unis est supérieure à celle de Netflix, votre taille est environ la moitié de celle de Netflix. Je ne suis pas sûr que vous comparer à Netflix soit nécessairement utile, mais c’est intéressant. Et je veux vous parler de tout ce qui concerne Hulu et de votre expérience à la télévision. Vous êtes un gars de longue date de Fox, vous êtes maintenant un gars de Disney, après l’acquisition, et à quoi ressemblera l’avenir de la télévision.

Commençons par votre enfance ... Je plaisante. Je pense qu'au fil des ans, Hulu a été une entreprise très intéressante à couvrir et que parfois, il semblait que cela n'allait nulle part. L’histoire a été créée par Fox et NBC sous la forme d’une haie YouTube et Apple, c’est-à-dire qu’elle échouerait et que cela fonctionnerait à merveille. Et puis il y a eu une longue période où les deux - où Disney, devenu investisseur et programmeur, et Fox ne semblaient pas s’accorder sur ce qu’il fallait faire du produit. Il semblait que cela pourrait disparaître ou être vendu. Ce qui est un long chemin à dire, il semble maintenant que nous allions dans une direction complètement différente.

Oui.

Des décennies?

Oui, cela fait 20 ans que je suis là-bas.

Vous avez donc occupé une place au premier rang, n’est-ce pas? En tant qu’employé de Fox observant la croissance de Hulu, vous avez fini par faire partie du conseil d’administration et vous le dirigez maintenant. Vous avez vu… Quand Hulu a été créé, c’était quoi, 2006-2007, que pensait-il devenir de ce produit?

C’est intéressant. En 2006-2007, j’étais du côté des sports, je n’étais donc pas directement impliqué dans les conversations autour de Hulu ni dans les divertissements. Peter Chernin, comme toujours, devançait le processus et le match en travaillant avec Zucker, Jeff Zucker ...

Ancien ... Fondamentalement, il dirigeait Fox pour Murdoch.

. .. et essayons vraiment d’établir cette opportunité de passer à gué, de protéger tout le monde que vous voulez, contre YouTube monétisant et monopolisant la vidéo numérique. Que s'est-il passé dans ce scénario? Ce qui s'est un peu répandu a été la querelle interne entre, finalement, le groupe de câblodistribution, vous vendez du contenu à quelqu'un d'autre qui finira par briser le meilleur modèle économique sur une longue période. , le faisceau de câbles, et il y avait ce débat. Mais Peter était assez fort dans son désir de le garder séparé et d'aller de l'avant.

Ouais. J’ai toujours pensé que c’est le plus fascinant de regarder les sociétés de médias assimiler Internet, est-ce un conflit de canaux, n’est-ce pas? Vous avez une entreprise existante, elle est menacée. Si vous prenez du recul, une bonne façon de prendre en charge cette entreprise serait de changer radicalement votre entreprise, mais vous ne voulez pas changer votre entreprise car elle génère beaucoup d'argent, mais vous pouvez voir au fil des ans que celle-ci va baisser. . C’est un peu l’histoire de toutes ces différentes sociétés de médias dans différents secteurs. Mais vous disiez spécifiquement que les membres des réseaux pensaient, mais les programmeurs craindraient alors que Hulu ne sape leurs propres affaires.

Ouais, regardez, je pense que lorsque vous êtes dans le secteur du câble et que vous vendez votre produit à des câblodistributeurs comme Comcast et Charter, entre autres, vous souhaitez conserver ce mur afin que que ...

Vous vendez donc à Comcast, au monde entier, le droit de distribuer Fox Network et tout le reste?

Exact.

Et puis, sur Hulu, c'est gratuit.

À l'époque, c'était gratuit.

C'était gratuit le lendemain. Vous pouvez regarder The Simpsons le lendemain de sa diffusion gratuite sur Hulu. C'était un produit de consommation extraordinaire.

Bien. Donc, d’un côté, vous vendez ce produit, puis les distributeurs le vendent aux clients. De l’autre côté, vous le rendez disponible gratuitement avec un délai de 12 heures et quelques autres blocages. Alors, clairement, pourquoi quelqu'un devrait-il payer tout cet argent s'il était disponible gratuitement?

Et on se disait: «On le fera parce que c'est mieux de le faire que de le faire par YouTube». 19659047] Exactement.

Il est difficile de se rappeler, encore une fois, maintenant que nous pensons à YouTube comme un lieu de désinformation radicale. Mais pendant longtemps, cela a été considéré comme une menace existentielle pour les entreprises de médias, et encore moins maintenant, cette partie a été apprivoisée. Mais c’était Lazy Sunday et tout ce qui vient de la télévision va être diffusé gratuitement sur YouTube, sous la forme de piratage généralisé et poursuivi par Viacom. Et votre pensée, celle des entreprises de médias, était la suivante: "Nous allons créer notre propre version de YouTube"

.

Qu'avez-vous pensé de cette idée?

Encore une fois, j'étais sur En périphérie, donc pour moi, j'étais plus concerné, en particulier dans le secteur du sport, avec, nous vendons du sport et d'autres propriétés ...

Pour beaucoup d'argent.

... au câble opérateurs pour beaucoup d'argent, pourquoi ferions-nous cela d'un côté gratuitement? Mais vous avez également observé les premières tendances de l’utilisation des médias par les consommateurs. Vous avez vu beaucoup de choses qui commençaient à se produire. Je pense que Peter, encore une fois, était suffisamment prudent pour savoir que l’un des objectifs est de garder une longueur d’avance sur la perturbation afin de pouvoir contrôler, adapter, faire et faire des choses qui vous permettent de faire avancer votre entreprise de manière gérable. chemin par rapport au chaos complet. Alors nous avons tous regardé et avons pris une profonde respiration et nous avons dit: «D'accord, nous y sommes et nous y allons. Nous trouverons également des occasions de nous assurer que la voix a bien été entendue et voici le problème que nous avons ici, ne faisons pas trop pour l'endommager ". Et je pense que c'est ...

C'est ce qui a généré, je pense, certains des échanges avec le PDG de Hulu à l’époque, Jason Kilar. Il a été à un moment donné, il a mis en place ce manifeste, qui reprend essentiellement les réseaux qui le possédaient. C'était assez, c'était une sorte de lettre de Jerry Maguire, c'était génial.

Ouais, c'était un peu agressif.

C'était génial de lire, génial d'écrire.

Je suis devenu membre du conseil d’administration, je crois que c’était en 2012 ou en 2013.

Très bien, relativement récemment.

Ouais.

Entre cela, il y a Il y a eu quelques moments différents où le propriétaire a dit: «Nous allons vendre Hulu», puis revenir, «Non, non, nous allons investir de l'argent là-bas.» Et, encore une fois, je savais que vous étiez Ne participez pas directement, mais que se passait-il là où ABC et Fox disaient: «Quelqu'un d'autre, prenez simplement cela en charge»?

Je n’étais vraiment pas impliqué à cette époque dans ces conversations ou ces décisions, c’était plutôt dans la tribune, en train de regarder. Je pense que les propriétaires, à ce moment-là, essayaient de déterminer quel était le meilleur chemin pour Hulu? Je pense qu'ils ont commencé à comprendre qu'il était difficile pour tous de se rassembler et de vraiment diriger leur entreprise. Non pas parce qu’ils ne sont pas nécessairement d’accord, mais tout autant parce que lorsque vous investissez dans quelque chose comme ça, vous voulez en tirer les avantages. Et lorsque trois entreprises font partie de ce groupe, il est difficile de se lancer à fond, sachant que vous n’obtiendrez pas tous les avantages de cette initiative. Je pense qu'ils essayaient simplement de prendre ce qu'ils pensaient être la meilleure décision pour chacune de ces sociétés ouvertes et pour Hulu à cette époque.

Il semble maintenant que ... nous allons parler un peu de l'avenir de Hulu. être et vous ne me direz pas autant, ou autant que je veux entendre. Mais il semble que ...

Je pensais que vous alliez me le dire

Cela semble beaucoup plus clair, non? Hulu est maintenant contrôlée par Disney, qui a acquis Fox, ce qui lui confère une double propriété, Comcast en restant propriétaire. Il me semble tout à fait clair qu’ils ne le seront pas, mais Disney contrôle Hulu. Il a un couple de produits différents. Vous pouvez y souscrire et accéder à la télévision d’hier soir et à d’autres ouvrages originaux tels que Handmaid’s Tale . Ensuite, il y a cette histoire de télévision en direct pour laquelle je vous paye 45 dollars par mois. Vous avez fait cette grande présentation de Disney directement aux consommateurs, principalement axée sur le produit Disney +, mais ils ont tenu à vous accorder un temps considérable sur scène, donc Hulu est évidemment important pour la stratégie de Disney dans ce pays. C’est donc une chose qu’ils vont garder et construire.

Oui.

Oui. Bon pour vous?

Je pense que oui.

Avez-vous une question à savoir si vous resteriez en place au moment de l'annonce de l'accord avec Disney?

Non.

Parce que vous étiez chez Fox à l'époque

Ouais.

Ou vous venez de la Fox?

Oui.

Donc, vous êtes un gars de la Fox. Y avait-il une inquiétude que peut-être ...

Je suis un gars de Hulu. Je suis un Huligan, à ce stade.

Vous êtes un gars de Hulu. Mais y'avait-il une inquiétude? "D'accord, peut-être qu'Iger va faire venir son propre gars pour ça?"

Encore une fois, Disney ou nos autres, le conseil d'administration peut faire venir son propre gars quand il le souhaite. Je pense que pour le moment, tout indique que nous allons dans la bonne direction. Ils sont satisfaits du travail que nous faisons chez Hulu et de la croissance de l’entreprise. Je n’ai donc eu aucune conversation au sujet de mon remplacement.

Pas de tape sur l’épaule?

Non. Regardez, comme nous tous, nous savons qu'à tout moment, quelqu'un peut entrer et dire: «Regardez, nous allons faire un changement." C'est juste la nature de la bête.

Donc le deux ellipses que vous avez ...

Je ne pense pas que nous allions nous rendre aujourd'hui, jusqu'à la fin de ma disparition.

Je pense que tout ira bien pour vous. Nous n’avons en fait rien coupé.

Non, non, c'est bien de partir.

Lors de l'annonce de Disney, vous avez dit: «Nous envisageons une expansion internationale et il y a probablement» - je ne me souviens plus. le mot-clé qu'il a utilisé - "mais nous allons probablement associer Hulu à Disney + et à ESPN +." Quand cela va-t-il devenir, tout d'abord, est-ce clair en interne que vous allez faire et que vous ne voulez pas parlez-en publiquement, ou êtes-vous encore en train de réfléchir?

Je vais commencer par le dernier point. Sur notre offre groupée Disney + et ESPN +, nous travaillons toujours, avec Disney, sur ce que nous croyons et ce qu’ils pensent être la meilleure offre pour les consommateurs autour de ces deux, enfin, trois services en fin de compte, Hulu et Disney + et ESPN +. finaliser à quoi cela va ressembler.

Y at-il de la complexité là-bas? Cela semble joli ... parce que vous faites déjà beaucoup de regroupement avec d'autres personnes, comme je peux le faire ... Affaire Spotify, n'est-ce pas?

Ouais.

Vous faites beaucoup de bonnes affaires avec beaucoup de gens différents. , où si vous payez Sprint ou Spotify ou quelqu'un, X, vous pouvez obtenir Hulu avec un rabais important ou gratuit ou vice versa.

Oui, il y a toujours une chose que vous apprenez très rapidement, il y a toujours du travail d'ingénierie à faire et plus vos offres sont compliquées, chacune ajoute un niveau de complexité à vos systèmes de facturation et à tout ce qui va avec. Mais nous avons bien compris tout cela.

Vous êtes payé pour le faire.

Bien. Il s'agit simplement de déterminer quelle est la meilleure offre pour les clients, pas seulement en tant que Hulu, mais je pense qu'en fin de compte, comme vous l'avez vu, Disney +, en particulier, offre un service assez impressionnant et veut en être sûr au moment de son lancement et de son lancement. vraiment élevé à un point et les consommateurs peuvent comprendre, "Bon, d'accord, comment ça marche?" Donc, je pense que c'est une combinaison de détermination finale de la meilleure offre du consommateur.

Vous dites qu'ils veulent l'élévation , cela signifie qu'ils veulent en faire un cadeau ou un ...

Non, non, non. C’est un gros produit et une tonne de contenu génial. Il a la capacité de se débrouiller tout seul, il peut également devenir un énorme produit de consommation pour tous, toutes les familles à la recherche d'options vidéo.

Et ensuite, l'international?

International est intéressant. C'est un défi difficile à résoudre, pour diverses raisons. Et c’est une proposition coûteuse, qui dépend de la manière dont vous allez procéder. La seule chose sur laquelle nous avons vraiment essayé de nous concentrer, c’est d’avoir une raison d’aller à l’international et d’avoir quelque chose qui nous différencie, Hulu, de tout ce qui existe ailleurs.

Sur la plupart des marchés actuels, il existe deux, sinon trois ou quatre services de SVOD entre Netflix et Amazon, puis des services locaux en Amérique latine tels que Blim, ce que Claro a, ou Rakuten, ailleurs dans le monde, puis des services individuels. marché par marché. Et tenter de devenir le troisième ou le deuxième joueur SVOD sur ces marchés n’est pas nécessairement, je pense, notre meilleure option. Nous examinons donc marché par marché, région par région et déterminons quel est notre meilleur point d’accès à la clientèle. Pourrait être simple, supporté par une annonce, pourrait être d'autres choses que nous faisons à l'avenir. C'est donc ce que nous sommes en train de faire maintenant.

Mais, je veux dire, je suppose que vous allez être international, n'est-ce pas?

Je pense que c'est une hypothèse sûre.

Ouais , c’est vrai, il s’agit simplement de savoir quel est le produit et comment l’utiliser: c’est clairement le pilote de Netflix, ils ont fait valoir un point. Dans quelle mesure s'agit-il simplement de la difficulté d'obtenir tous les programmes et films, etc. que vous avez obtenus sous licence, disponibles sur différents marchés? Encore une fois, Netflix a tenu à préciser: «Tout ce que nous achetons à partir de maintenant, nous en détiendrons le droit de propriété à travers le monde." En général, ce matériel est découpé par territoire, il est disponible sur un service dans un pays , un autre service dans un autre pays.

Nous ne voyons pas cela comme une difficulté pour acquérir ces choses. Une grande partie de ce contenu provient d'une variété de studios, dont certains sont propriétaires. Dans ce processus, il s’agit plus du moment où cela devient disponible, combien vous pouvez obtenir. Et l'importance du contenu américain à l'avenir est également importante. Historiquement, il a probablement eu une plus grande importance pour les services qu’il ne l’est aujourd’hui, toujours super important, toujours majoritaire dans de nombreux endroits, mais le contenu local a une valeur beaucoup plus élevée qu’il ya 10 ans. Donc, c’est une combinaison de ces deux choses.

Parlons de Comcast, réglons cela. Je sais que vous ne me direz pas ce qui va arriver à Comcast. Pouvez-vous me dire comment est la vie avec Comcast en tant que propriétaire d'un tiers aujourd'hui? Pendant longtemps, ils étaient propriétaires mais n’avaient pas la capacité de gérer Hulu, cela est dû à un décret de consentement du Département de la justice des États-Unis. Mais à partir de l’automne dernier, en théorie, ils pourraient parler de la manière dont Hulu était dirigée. Qu'est-ce qui les a dans la salle pour ces discussions comme maintenant?

J'ai eu beaucoup de chance dans mon mandat à Hulu. La propriété, à tous les niveaux - Fox, transaction antérieure à Disney, Comcast dans cette fenêtre du temps - ils ont été extrêmement favorables. Ils ont décidé d’investir à Hulu et d’essayer de faire de cette entreprise une entreprise à plus grande échelle et plus de clients. Ils ont continué à être extrêmement favorables à ce processus.

Et quoi qu’il arrive, en ce qui concerne la relation entre Disney et Comcast, rien n’a été vu sur le front du travail pour obtenir ce que nous avons besoin de faire, du point de vue de l’investissement, du point de vue de l’alignement et du point de vue général. discussions sur ce que nous essayons d'accomplir.

Je pense que le décret a pris fin à la fin du mois d'août ou au début du mois de septembre de l'année dernière. Disons la fin de l’été de l’année dernière.

Bien.

Est-ce que quelque chose a changé une fois qu'ils ont pu prendre la parole lors d'une réunion du conseil et dire: «En fait, ...»

Rien n'a changé autour de notre direction, de notre stratégie ou de l'alignement de propriété. Qu'est-ce que a fait changer, c'est officiellement Comcast avait ... ou NBCUniversal avait en fait trois membres du conseil d'administration. C’est donc un conseil composé de 10 personnes, moi inclus, mais de neuf personnes. Et ils se sont joints à nous pour des conversations et, encore une fois, ils ont été incroyablement serviables, réfléchis et ils ont apporté à la table une perspective qui n'avait pas toujours été présente. Pas tant à cause de NBCU ou de Comcast, mais à cause des personnes qui ont de l'expérience et qui ont vu beaucoup de choses au fil du temps dans cette industrie qu'elles ont présentées, et qui ont été utiles dans ce processus.

Hulu perd une beaucoup d'argent. Nous le savons parce que les propriétaires l’ont divulguée depuis longtemps dans leurs dépôts publics. Je te paie 45 dollars par mois pour la télévision en direct. Je ne pense pas que vous gagniez de l'argent avec ça, mais ce n'est pas la raison pour laquelle vous perdez de l'argent en général, non? Vous perdez de l’argent parce que vous dépensez énormément en marketing et en achat de spectacles, comme si vous deviez payer les réseaux qui vous appartiennent pour les spectacles et créer vos propres contenus. Je pense que vous perdez plus d’un milliard de dollars par an, n’est-ce pas?

Mm-hmm.

C’est presque comme une perte de type Uber, sauf que vous n’allez pas en public. Alors, comment changez-vous ces données économiques au fil du temps?

Eh bien, écoutez, je pense que vous… tout d’abord, dans l’appel aux investisseurs de Disney publié cette année, nous allions apaiser nos pertes. Je pense qu’ils ont publié un chiffre et qu’ils se sont tournés vers la rentabilité en ’23, ’’ 24 est le but recherché.

C’est le cas pour tous les consommateurs directs, n'est-ce pas, ou était-ce juste pour Hulu?

C'était pour Hulu. Et nous sommes en route. Je pense que nous avons un bon plan en place pour le faire. Mais dans ce secteur, le facteur le plus important dans cette fenêtre temporelle est la mise à l'échelle de l'entreprise. Il y a deux ans ou il y a un an et demi, nous avions 13 ou 14 millions d'abonnés. Nous avons annoncé hier que nous avions 28 millions de clients, dont environ 26,8% payants, puis des abonnements à des promotions qui viennent nous rapporter de l'argent grâce aux revenus publicitaires. Donc, dans cette fenêtre de temps, nous générons toujours des revenus autour de ces abonnements de promotion.

Nous allons donc continuer à croître, et nous devons nous rendre à un endroit où nous sommes dans 40 millions, sur 50 millions d'abonnés, et plus que cela. Parce que, comme tout le reste, une fois que vous avez ce nombre d’abonnés, vous obtenez un effet volant que vous pouvez en quelque sorte conduire. Certaines de nos offres de programmation imposent certaines limites de dépenses par rapport aux abonnés, ce qui nous permet de le gérer.

De toute évidence, vous pouvez vendre plus d'annonces, de sorte que nous puissions même diriger le secteur réel de l'entreprise d'une manière qui commence à avoir un sens économique dans ce processus. Nous sommes donc très satisfaits de notre stratégie pour l'avenir, à la fois en termes de dimensionnement et d'acquisition de sous-marins, en obligeant ces abonnés à consacrer du temps au service, puis en créant des conditions économiques qui nous permettent de générer des revenus et de générer une rentabilité ultime pour l'entreprise.

Peut-on décomposer un peu ce chiffre de 28 millions? Combien d'entre eux paient-ils des gens comme moi pour vous payer la télévision en direct?

Nous n'avons pas révélé cela, et nous ne ...

C'était ... à un moment donné, vous avez dit qu'il y en avait un million les gens qui paient pour cela. Je suppose que c’est plus maintenant.

Nous l’avons fait à un moment donné. Nous n'avons pas divulgué cela depuis, mais il y en a beaucoup plus que maintenant.

Beaucoup plus que cela, mais je suppose que la majorité reçoit le ... vous pouvez l'appeler la SVOD, à droite, l'abonnement vidéo, vieux trucs plus The Handmaid's Tale etc.

Eh bien, il s’agit de 85 000 épisodes de télévision, c’est une bibliothèque ainsi que toute votre programmation actuelle de la saison de télévision, des saisons précédentes, des originaux et quelques autres. des choses, des films et d'autres choses aussi.

Ensuite, vous avez deux niveaux. Vous avez un système sans publicité, puis financé par la publicité. Je parle toujours de ça. Je suis toujours étonné que les gens ne paient pas les 4 dollars supplémentaires ou quoi que ce soit pour la publicité gratuite. Quelle est la répartition entre cela, les gens qui obtiennent des annonces, les personnes qui ne les obtiennent pas?

Eh bien, nous trouvons aujourd’hui, et c’est environ ... encore un grand nombre. Environ 60% d’entre eux s’engagent toujours pour le service de publicité. Je pense que la chose la plus importante est le choix, et lorsque vous donnez le choix aux gens, ils sont beaucoup plus heureux avec leur opportunité et, finalement, avec leur décision. Auparavant, il s'agissait de la diffusion d'annonces ... ou de la publicité, l'une des trois principales plaintes concernant ce service, expliquant pourquoi j'ai annulé ou pourquoi je procède ainsi. Et juste en donnant aux gens la possibilité de choisir des annonces ou pas d’annonces, cela a probablement été ramené à la liste des six premières plaintes dans le processus.

Quelle est la différence de prix entre l’annonce et les autres annonces?

À l’heure actuelle, 5,99 $ pour Hulu avec annonces, 11,99 $ pour Hulu, pas de publicité. Et ce qui est intéressant, c’est que nous n'avons jamais annoncé, jamais annoncé Hulu sans publicité. Et je pense que ce que vous constaterez au fil du temps, c’est que vous commencerez à nous voir probablement déployer un peu plus de promotion, un peu plus de possibilité, de ne pas mettre plus de publicité au premier plan.

Nous examinons la situation car nous avons fait un pari stratégique et nous allons en faire un service financé par la publicité offrant aux consommateurs un prix inférieur et un service qui, selon nous, offre une bonne expérience client, expérience client exceptionnelle, car nous avons limité les annonces à 90 secondes par pod. Nous avons défini des niveaux de fréquence horaires et quotidiens en fonction de ce que les gens peuvent voir, comme nous en avons parlé hier. Nous pensons donc que nous aurons la meilleure expérience de consommation possible pour les annonces à un prix raisonnable, puis nous commencerons également à diriger le secteur des annonces non publicitaires.

Vous avez donc ce produit En fait, beaucoup de gens aiment, n'ont pas de publicité, mais vous n'êtes pas sortis pour en parler aux gens. Vous devez aller en quelque sorte à Hulu et vous renseigner à ce sujet.

Bien.

Ma théorie du complot a toujours été que vos propriétaires gagnaient beaucoup d'argent en vendant des publicités télévisées et vous ne vouliez pas aller de l'avant et le miner. entreprise plus rapidement que nécessaire. Ma théorie du complot est-elle correcte?

Non, je ne pense pas… il n’ya jamais de complot.

Putain.

C’est toujours planifié. Nous l'avions prévu de cette façon. Non, je pense qu’il y a ... un double sur ceci, il y a deux parties à cela. La première est que nous avions besoin des considérations économiques associées à un double flux de revenus en abonnement et en revenus publicitaires pour conduire l'activité, car nous n'étions pas à une taille qui nous permettait vraiment de ...

Bien, vous aviez besoin des annonces.

Mais nous avions besoin des consommateurs pour choisir les annonces dans cette partie - et nous le faisons toujours, et nous continuons de croire que c'est une grosse affaire pour nous. C’est quelque chose qui va conduire. Cela dit, nous sommes convaincus que nous pouvons promouvoir ... nous pouvons faire venir des abonnés.

Vous pouvez vous développer davantage en ... bien, donc ma théorie du complot était exacte, c'est-à-dire que vous ne vouliez pas pousser trop la chose sans publicité, mais maintenant vous pensez que vous pouvez progresser en la poussant.

Bien. Et encore une fois, ce n’est pas ... mais votre théorie du complot était qu’il y avait une force extérieure ultime qui l’entraînait. Je pense que c’est vraiment le métier qui le motive. Nous voyons maintenant toute la théorie sur la manière de gérer les abonnements, et pourquoi nous pensons que le moment est venu de le faire est que nous voyons des gens passer de la publicité à pas d'annonce, pas d'annonce à diffuser, d'annonce en direct à aucune annonce, d'annonce à annonce à un moment donné au cours d'une année, en fonction de leurs habitudes de visionnage.

Hulu et son entreprise, et l’un des défis, est qu’il est très facile d’annuler. Vous pouvez le faire en quelques secondes et il est également très facile de vous abonner. Et donc, si vous y réfléchissez, nous le voyons tous les jours, pas tous les jours, mais tout au long de l’année. Les gens viennent pour vivre et ils viennent en septembre, football universitaire, NFL, etc. Ils le laisseront tomber en février.

Faites la même chose avec des émissions spécifiques?

Je pense qu’ils le font, c’est plus un live que… Je suis désolé, c’est plus une pub que sans pub. Si Handmaid’s Tale vient à paraître ou si l’une de nos autres émissions plus récentes se porte bien, ou une saison de radiodiffusion, n’est-ce pas? Alors septembre, octobre, où tous les nouveaux spectacles vont arriver, nous verrons les gens ... l’engagement augmente. Nous les verrons également faire des choix pour passer à l’absence de publicité dans ce processus.

Les gens sont donc très conscients de ce qu’ils dépensent et de la marche à suivre ... car je suis assez averti à ce sujet. Il faut un peu de travail pour comprendre comment gérer vos abonnements sur iPhone. C’est beaucoup plus facile que d’appeler Comcast et de leur dire que vous voulez annuler. Mais vous dites que les gens sont très conscients de ce qu’ils dépensent, du produit. Ils sont hyper conscients de: «Je dépense beaucoup pour cette chose, et maintenant je ne veux pas le dépenser parce que cette chose n'est pas là.»

Eh bien, je pense qu'il y a un pourcentage de nos abonnés qui sont très au courant et passent dans différents forfaits qui leur conviennent à ce moment-là, puis il y en a d'autres qui le traitent comme n'importe quel autre service. Ils vont l’avoir, ils l’aiment bien, et ils vont s’en sortir.

L’abonné à l’ancienne?

D’accord. Ce que nous constatons également, c’est que, dans le monde des add-ons, c’est vrai, nous avons assisté à une forte hausse du nombre de sous-marins HBO au cours du dernier mois, car ils peuvent ajouter du HBO. Vous continuez et vous pouvez simplement l'ajouter assez rapidement et vous obtenez les six ou huit prochaines semaines de Game of Thrones . La majorité de ces abonnés qui ajoutent resteront avec ce service pendant la période de temps qu'ils souhaitent et sont disposés à le gérer.

Mais le nombre de personnes qui vont désactiver HBO après le Game of Thrones est plus élevé chez vous que chez les câblodistributeurs traditionnels, et c’est un défi pour vous.

Je ne connais pas la réponse à cette question ou à celle-là ... le nombre de personnes qui vont s’éteindre est plus élevé que celui de la télévision payante traditionnelle, car je ne connais pas leur nombre. Mais il est certainement plus facile si vous voulez, pour changer votre abonnement, cliquez sur. Vous savez, désactiver HBO et ajouter quelque chose, ou tout simplement revenir à aucune annonce ni aucun service que vous souhaitiez ne pas vouloir dans cette fenêtre de temps.

Donc, annonce gratuite, avec annonces, télévision en direct: ce sont: en quelque sorte le principal ...

Bien.

Et vous pourrez ensuite ajouter Showtime et HBO. Vous vendez toujours fondamentalement des paquets de télévision, comme vous le feriez avec la télévision linéaire. Dans les interviews, vous dites: «Je pense que le paquet s'en va. I think that many of the smaller networks that are sort of on your cable dial aren’t going to have a reason to exist. They’re going to go away over time.” I agree with you. I just wrote a story that says thatbut you’re in the bundle business and you’re owned by a company which is very much based around the bundle, right? Disney is still based around selling a bundle of TV to distributors. So how’s that going to work?

Look, we’re in the consumer business, so our job is to provide the best possible experience for consumers. And I think right now, we’re working towards that. We do a great job today. Rebundling is something that happens all the time. Netflix has rebundled content and created a service and a ...

It’s a mega bundle but it’s 13 bucks a month.

Right. One of the things that Netflix has done for customers over the last decade is completely devalue the value of content to customers. Where it used to cost $120 or $100 to get all of this content, all of a sudden it’s like, “Wow, we have enough content over here for 13.” I think what people in this business forget is ultimately it’s not the distributors who create the bundle, right? The distributors want to get customers the best possible product they can for the best possible price. I think that’s the simplest thing that we try and do every day.

And media companies, historically, have been able to combine their assets, and combine their networks in a way, in selling them to us or Comcast or others, that have forced or created this need to carry a bundle of channels and put that out to the consumer. When you go back, even at a $100, $120, historically, there’s only about 50 percent of that cost is in content if you go back to traditional pay TV. The rest of it is some version of set-top box, DVR rental, service calls, profit for these companies, and other things that go into that. So I think the programmers, historically, have been blamed for the high cost of traditional pay TV when they’re not fully responsible for the high cost of pay TV.

I think it was either you or someone else put out recently, when you look at the RSN service charge, the local broadcast service charge ...

Right, there’s a lot of ...

There’s a lot of stuff in that ...

If you have cable TV and you look at the bill, it’s full of gnarly stuff, but the main structure ... this is the ... I think people are getting more and more aware of, is — and Disney is sort of the prime example here, right? — is if you get cable TV you’re getting a bundle of stuff from Disney whether you want it or not, and the most expensive stuff by far is ESPN. It’s $9. They’re charging Comcast $9 just for ESPN alone, and then they make them get the Disney Channel, etc.

So you end up, with sports in particular, but a lot of the stuff ... you end up paying a lot of money whether or not you want to watch the stuff. And you’re out there saying, “I think that bundle is going to go away, or at least change.”

It’s already changing, and I think if you look at the last five, eight years, most of the media companies have in some way, shape, or form narrowed their networks to the brands that matter. At Fox, in that window of time, it was Fox Sports One, it was the broadcast network, it was FX, it was National Geographic, it was Fox News. I may have missed one.

Right. We’re going to not make you take our most extraneous stuff.

Right. And if you think about Disney, they have huge brands in that window. You don’t have a ton of stuff, you have ESPN, you have Disney Channel. I’m sure I’m missing some others, but it’s a pretty robust brand opportunity that they bring to the table as one. I think some of the other media companies that may have 10, 12, 14, 15 different networks, right, they’re rationalizing their portfolio of networks as well.

Viacom is saying, “Now we’re focused on six networks,” etc.

Right. And I think this gets to the bigger challenge that companies have. Look, they’re publicly traded companies. They have shareholders. They have earnings. They have to manage their transition from a very wholesale, very traditional pay TV relationship business, while still supporting their shareholders, still driving their economics, versus other parts of the ecosystem, whether it’s Netflix or — you brought up others in the window that aren’t valued in the same way. So it is a transition. It’s not something you can snap your fingers and say, “Great, we’re going to break it up.

The other thing that’s important there is most research shows — and we’ve done a lot of it — bundling is important. Droite? The ability to give a consumer a package of options, a package of channels, or content in this case, is far and away a better value than a la carte. If you have to buy everything you want as a one-off, you are ultimately going to pay more, and I think that’s the transition we’re heading to, where we will be able to rebundle or repackage content programming for consumers that will ultimately allow them to probably shave a little bit of cost and still get a lot of what they want.

Right. I keep ... I know that there’s an economic ... like a grown-up economics with a capital E argument that bundling can be a good thing for consumers as well. It’s obviously good for the distributors and programmers, but usually when the TV guys talk about this, they say, “Well, if you wanted to get everything you wanted you’d end up spending so much more a la carte.” But I think that assumes that there’s all this stuff that you want, and I think a lot of the stuff you probably don’t want, or don’t want that much or can find free equivalents or can live without. And again, in particular because Netflix and now you guys offer products for 12, 15 bucks a month that give you a ton of stuff plus free things from YouTube, plus free things from Facebook and the internet at large. It does seem like a lot. The bundle will get undermined whether or not you guys want to keep it intact.

I look at it probably in a different way. I think the package of content that we’ll provide to consumers will evolve, and they will end up ... and they already have more choice and control today than they had yesterday. It’s really ... it’s not a gatekeeper world anymore because consumers can make a choice. You have over 30 million people under the age of 35 that are cordless today, so people get to make choices today. People can buy a traditional, passive, pay TV experience. They can buy an on-demand experience. Or they can just have an ad-supported experience.

There’s lots of choices today. It’s already getting rebundled. They think oftentimes we focus a little too much on this one area, the bundle, because it’s been a very successful economic proposition for everyone. Quite honestly, it’s been a great value to consumers over the years.

Right, but for years ...

You think about for $100 a month, you get every piece of television that’s ever made on your ...

People of a certain age look at it and go, “That’s great. Of course I’m going to do that,” or, “How could I ever go without it?” You’d always hear people in your business say, “Well, the generation, when we were ...” There was a period where people were saying, “The millennials aren’t paying for pay TV now, but they will as they get older, just got to wait.” It turns out they’re not. They’re just getting Netflix and Hulu and free stuff.

But that’s pay TV.

Yes.

You pay and you get TV. Netflix is pay TV.

Yes.

There’s a different version of pay TV.

They’re just not buying that $107 bundle. They’re buying a $13 bundle.

Right, but they’re also, you look at their subscriptions, and you add Spotify and you add Apple Music and you add HBO and you add all this. They’re spending on these products, and they’re spending their money on these services.

They’re just not buying the $107 bundle from the cable distributors.

They’re spending $100 on their entertainment via a package that they think is better for them, right?

Right.

Which I think we will ultimately evolve to, where everyone can have a choice and make their bundle in a way that is efficient for their economic position and what they can afford.

I think we lose sight of a couple things in this process. One is convenience. These services are incredibly convenient. They’re on your phone. They’re in your living room. They’re on your laptop, your computer, your tablet if you want that. They are where you are. They’re mobile, mobile meaning they go with you. If you’re going to a hotel, if you’re going to a game, if you’re going on a commute, whatever it is, they travel with you. So again, it adds that.

There’s a tremendous amount of content in them, quality content across the board, that you can select. You have choice.

Then you get to the user experience, which is, if you look at the history of television, there was radio, there was broadcast, there was cable, there was satellite, then telco. We’ve always defined this based on a distribution mechanism instead of defining it based on the content, which is where the true value is. Now we’ve gone to IP delivered. In all of those prior situations, nothing changed for the consumer. The experience was virtually the same.

Right.

I had the same package if I had Comcast or DirecTV. I had an EPG [Electronic Program Guide] that provided me, where the channel guide was.

Now, particularly with Hulu, you have the blending and the blurring of lines between live and on demand. You have an intuitive user interface that hopefully can get you from one place to another. You have a recommendation engine that can bring you products and bring you programming that you may like, you may not like.

The user experience in this process is another thing that is brand new. It has changed from the history of television being defined by the distribution mechanism. That’s why I also believe that over time we won’t define this as streaming. This will be part of the move to, you’ll define your TV experience based on the content, which is really what the experience is, versus the technology that delivers it to your home.

Yeah. As an aside, I like the fact that in your presentation yesterday you guys said, “We’re bringing back the TV grid.” When you launched the new version of this a couple of years ago, I remember sitting at CES in a suite and they showed me the service. I said, “Where’s the grid?” They said, “We don’t need grids, man. That’s an old paradigm. Old people like grids, but you don’t need them. You just get TV. It’s all coming to you.” I said, “All right,” but I could feel like a nervous scratch that I wanted the grid. You brought the grid back, so thank you.

You weren’t alone.

Yeah.

Look, we probably overestimated the willingness or underestimated the ability for people to jump from one side of the Grand Canyon to the other. We built a consumer experience that probably was where things may end up, or where we get to, but it wasn’t as intuitive as we probably should have built. On top of that, we didn’t give consumers a path to walk with us and get there. You aren’t alone in your desire to have a EPG.

While I’m offering you product notes ...

Yeah.

I mostly use you to watch sports and then Top Chef. There was a two-month period where I just turned you on every week to watch Top Chefand you guys never said, “Hey, Peter, welcome back. Here’s the next episode of Top Chef.” Instead you would say, I don’t know, “Here’s other stuff we have to watch.” Is that intentional, or is it that you want to show me other stuff and you figure I’ll get to Top Chefor that’s just something you’re going to get to later down the line?

Certainly not intentional. We should be notifying you when a new episode of Top Chef is on. I’ll go back and take those notes to the group and I’ll find out.

Yeah, I was going to say, we can do another hour with my product concerns.

Happy to talk.

Great.

It’s always nice to talk to customers about what they want from the product standpoint. Every morning I get a ton of emails on suggestions as to what we can do.

I’ve said now a couple of times that you spent your life in TV. TV is generally a wholesale business, traditionally a wholesale business. You guys sell stuff to Comcast. Comcast sells it to me. Now you’re in a business where you’re selling me something directly, and I come to you and I complain about the grid. What is that change like for you, running a company that’s direct to consumer as opposed to a wholesaler?

It makes you focus very quickly on the end result. It forces you out of the focus on you. Look, everything we do at Hulu, as one of our core values, starts with the viewer, for us, the subscriber, how they use the product, what they do day in and day out really starts with how are we benefiting that consumer.

For me, coming in from a place where traditional, in the television world, where originally, at one point in time, you had ratings, and that’s what you looked at, then you had viewers. Now when social came into play, you had some direct interaction and feedback, which was always interesting, but still it was pretty much about a rating process. We know every day how many people use the service. We know if it’s up or down. Did they stay longer? Did they stay shorter? That really gives you the opportunity to focus in on it.

The other thing is, for me, coming in, and it took a little while to embrace, the entire company has that focus and you feel it. You feel when you walk into a meeting, you feel when you’re in a conversation that the conversation is not, the first thing that’s brought up is not Hulu. It’s like, “Okay, what are our subscribers doing? What are our customers doing? What does this month look like? What’s engagement look like?”

It’s something that is incredibly exciting for me to walk in every day and see the cultural impact of knowing you have customers versus putting something out to a distributor, who is then going to put it out to a household, and then you’re going to measure that based on what a third-party rating system says you did in a given night on an average minute, versus knowing, very quickly, if you put a show out, “Okay, these people, this group of people watched it. We know that something happened in episode three because that’s when people stopped watching it.” It gives you so much more input so that you can then hopefully make better decisions going forward.

You still have to deal with distributors, except now the distributors in some cases are your competitors. I can buy Hulu through Apple. Maybe I did. Apple is going to have some kind of video service out this fall. Can I buy Hulu through Amazon?

Yes.

Yeah, and I think they sell a lot of it, Hulu probably. You go on down the list. I could buy it through Roku. Everyone has these channel setups where they’re going to sell your service and HBO, etc. How do you think about navigating that world where the people who are selling your stuff are also selling their own stuff and your competitors’ stuff?

Look though, the world’s filled full of the competitors in this process. The current situation, there’s still a device needed, whether that’s a Fire Stick or a Roku or an Apple box or some other version of that, so you have opportunities to package and sell to customers with those two things in a way that creates a relationship with Amazon and others that helps them sell their products, as well.

While we compete on a content basis with many of those companies, they are also our partners, and we drive their business, they help drive our business. That’s part of the process. Look, all of these are very, very big companies that operate in different parts of the world. You drive as much as you can through their businesses, and then you drive as much as you can on a direct basis as well.

Netflix has gone out and said, “You can still obviously watch us on Apple TV and Apple products, but we’re not going to sell through them.” Apple is basically trying to put together its own TV guide, which has a lot of benefits for Apple and potentially for consumers. Netflix has a lot of reasons to not want to be in that. It seems like you guys could be in that same boat, that you might say, “You know what? We’re better off not being part of this channel offering that Apple is going to provide.” It’s kind of confusing whether you are or aren’t. What’s your feeling about participating in whatever that product is going to be?

Well, Apple today, you can buy the SVOD service on Apple today. You can’t get the live service today on Apple.

Okay, hence my confusion.

Yeah.

I must have paid you directly.

Yeah.

Okay.

Again, we’re the same as we were last month, this month with Apple from the standpoint of, you have an Apple TV, come on the service. You can buy the SVOD service, and we’re moving into being able to offer more services as well. They take their rev share. We get our piece of that. Product is the economics as well. We’re very happy with the relationship with Apple as a distribution partner for the service, as an economic partner for the service. They’ve been an excellent partner for us.

Again, it’s not just distribution, right? Because they’re trying to create this ... They have a TV guide product that is kind of good. It will tell me, “Hey, there’s a new HBO, new episode of a John Oliver show up. You should watch it.” “You have Hulu. There’s a new episode of whatever. You should watch it.” On the one hand, that’s potentially really good for you. On the other hand, that gives Apple the ability to feature somebody else instead of you.

Yup. Look, it’s a competitive world out there.

That’s life.

It is. Il est. That’s why we have to be great at the user experience. We have to be great at servicing customers. We have to be great at providing customers choice and control of their service and what they can do. On top of it, we have to have the best content.

I think the way we look at providing that content is, the best television ever made, whether that’s Seinfeld or more recent great shows, current season television from broadcast networks and others, other library content originals that have impact and matter, and a live service that allows you to drive news and sports. What we find in live is — again, the majority of the content that is watched inside live is news and sports.

Even the entertainment programming, short of a couple of channels that have a very passive relationship with the customer, when people inside of the live service watch entertainment, they mostly watch it on demand.

I don’t need to watch this thing at 9:00 on Sunday. Game of Thrones is the exception.

There’s nothing live in entertainment, other than a couple of shows, The VoiceAmerican Idolsome of those competitions that actually is live, so we can create ... You can still ... Look, if you want something to air at 9:00 on a Sunday night because it’s big and you want people to watch it together on on demand, we can still drop that Sunday night at 9:00 and everybody can choose to watch it at 9:00 if they want.

So live is still a big deal for news and sports, but beyond that, the idea of someone tuning in at 8:00 or 10:00 because that’s when the show is on, we’re fully past that period, basically.

Yeah. Look, I think there are exceptions to the rule. The last few Sundays probably Game of Thrones is the exception to the rule. I don’t think that’s a new thing. I think over the last five, seven years, when you look at broadcast television, they moved from a very dominant live window of viewing to C3, C7, you know, 28 days. Most broadcast shows, I would say today probably have as much non-live viewing on Fox or ABC or CBS or NBC, for that matter, than they do live viewing that started at 8:00 on Tuesday night.

Okay. When is the the Vox-produced David Chang show going to run?

We haven’t set a date yet.

I should find out, right?

You should.

Figured I could ask somebody in this building.

Well, as soon as we set a date, you’ll be the first to know.

All right. Randy, this was great. Thank you for coming in.

Thank you for having me.


Recode and Vox have joined forces to uncover and explain how our digital world is changing — and changing us. Subscribe to Recode podcasts to hear Kara Swisher and Peter Kafka lead the tough conversations the technology industry needs today.