L'ancienne épouse du comédien Disney affirme qu'il «l'a violée et la tâtons devant leur fille, 4 ans»

L'ancienne épouse du comédien Disney affirme qu'il «l'a violée et la tâtons devant leur fille, 4 ans»
 

Jim Cummings, acteur principal de Disney, a violé son ex-femme alors qu'il se livrait à un "comportement déviant sexuel" qu'il "lui a imposé" sans son consentement, a-t-il été allégué.

Cummings, mieux connu pour être la voix derrière Pete, l'ennemi de Tigger et de Mickey Mouse, est accusé d'avoir proféré des menaces de mort et d'avoir giflé son ex-épouse, Stephanie, à tâtons.

Les faits reprochés se seraient produits entre 2011, année où le couple a divorcé après une décennie de mariage et 2018

Stephanie Cummings affirme dans des documents judiciaires déposés dans le comté de Los Angeles qu'elle avait obtenu deux ordonnances d'interdiction distinctes à l'encontre de son ex-mari, selon The Blast .

 Jim Cummings (à droite), la voix de Winnie the Pooh and Tigger, de Disney, est enfermée dans une bataille acharnée entre son garde et son épouse, Stephanie (à gauche). Le couple est vu à New York en 2005

Jim Cummings (à droite), la voix de Winnie the Pooh and Tigger, de Disney, est enfermé dans une âpre bataille pour la garde de sa femme, Stephanie (à gauche). On voit le couple à New York en 2005

Elle allègue que le 31 août 2011, Jim est venu chez elle et l'a giflée sur les fesses avant de s'être forcée devant sa fille de quatre ans.

"Plus tard, il s'est approché derrière moi, m'a pris par le bras, m'a fait tourner la tête et m'a posé la main sur la nuque avec force et m'a embrassé tout en me maintenant contre le mur", affirme Stephanie.

le baiser, Jim lui aurait demandé si elle pouvait «le voir couler, parce que c'est ce que je lui fais faire quand il me touche».

Stephanie affirme qu'elle s'est sentie «humiliée et dégradée» devant leur fille.

When elle a rapporté l'incident au département du shérif du comté de Los Angeles et a déclaré qu'il lui avait été conseillé d'obtenir une ordonnance d'interdiction de violence domestique.

Dans des documents judiciaires, Jim n'a pas nié l'incident, bien qu'il affirme qu'il plaisantait et riait. "avec son ex-femme.

" Je la touchai légèrement du b

Jim dit que Stephanie l'a embrassé volontairement et que «tout l'incident était heureux».

 Jim et Stephanie se sont mariés en 2001. Le mariage a duré 10 ans avant leur divorce en 2011. Ils ont ont deux filles

Jim et Stephanie se sont mariés en 2001. Le mariage a duré 10 ans avant leur divorce en 2011. Ils ont deux filles a deux filles

Il affirme que son ex-femme «qui est beaucoup plus grande que moi et qu'une grande femme ne fait aucune objection à quoi que ce soit».

Stephanie allègue également que Jim l'a violée lors d'une rencontre en 2013. elle a déclaré avoir déposé un rapport de police, bien qu'elle n'ait pas donné plus de détails.

Elle affirme que le viol l'a forcée à se faire soigner dans un centre de désintoxication parce qu'elle était «co-dépendante».

Dans les documents judiciaires, Stephanie affirme que Jim a montré dans son centre de traitement sans y être invité. On lui a ensuite demandé de partir.

Stephanie affirme que son ex-mari avait adopté un comportement abusif, affirmant qu'il «toucherait mes fesses, mes aines et mes seins

. en place essayant de m'embrasser et de me caresser. Il me donnerait une fessée devant nos filles.

"Il me suivrait ensuite en me disant de façon sexuelle que je trouvais répugnant."

Stephanie allègue que Jim a déjà dit à sa fille qu'il était autorisé à " touchez les seins de maman depuis qu'il les a payés. "

Cependant, Jim nie les affirmations.

Dans un courrier électronique, il a écrit à son ex-femme:" Honte à toi, tu es [sic] ] les distorsions sont obscènes. «Forcer»? S'il vous plait, tout le monde, Gracie et surtout VOUS rigoliez et rigolions, c'était agréable de passer un moment léger.

'Nous avons tous les deux éclaté de rire… Je ne suis pas la première personne au monde à le signaler. on "attrape plus de mouches [sic] avec du miel que du vinaigre" pour que vous puissiez superposer une référence à la prostitution, c'est un peu trop raconter, finissons-en pour l'amour de Dieu. "

Stephanie allègue également que Jim ' exigez de moi un rapport sexuel en échange du respect de ses [child and spousal] obligations alimentaires. "

Le couple avait été enfermé dans un litige relatif à la garde des enfants.

À une occasion, Stephanie allègue que Jim s'est présenté sans préavis à son domicile et l'a confrontée à elle se rendait à un rendez-vous avec un agent de police en congé.

L'agent a été forcé de sortir son arme de poing pour persuader Jim de partir, selon Stephanie.

Elle affirme également que le comportement de son ex-mari a affecté sa santé, alors elle a pris ses deux enfants et a déménagé à Ut ah en 2017.

Stephanie allègue que lorsqu'il est resté devant leur maison à une occasion, il "s'est tenu au-dessus de moi avec son pénis en érection dans ma main."

"Il utilisait ma main pour lui caresser le pénis pendant que ma plus jeune fille Stéphanie affirme

"Elle avait 10 ans à l'époque.

" Je lui ai dit de s'arrêter et de sortir de la maison. Il a refusé.

"Il est ensuite revenu et a agi de la même manière, insistant pour que je le masturbe ou il réveillerait Lulu."

"J'ai fait comme il l'avait demandé étant donné sa menace de réveiller ma fille et mon inquiétude ne pouvait pas contrôler ce qu'il ferait devant elle. "

Après l'incident, Stephanie dit qu'elle a déposé une autre ordonnance restrictive à l'encontre de son ex-mari.

L'ordonnance restrictive a été rendue à l'encontre de Jim pendant deux ans par un tribunal en Utah l'année dernière

Stephanie a également allégué que Jim abuserait d'Adderall, de l'alcool et de la marijuana. Elle affirme qu'il a été mis en cure de désintoxication à deux reprises pour soigner sa toxicomanie.

Jim a nié les affirmations de son ex-femme, affirmant que c'était elle qui était dépendante des analgésiques.

"Je suis entré volontairement dans cet établissement de réadaptation", a déclaré Jim. 19659002] 'Cependant, l'affirmation du pétitionnaire selon laquelle il s'agissait d'une consommation excessive d'alcool, de marijuana et d'Adderall est une autre exagération, car je n'ai jamais pris Adderall…

'. Toutefois, le pétitionnaire a une longue histoire [sic] d'abus de drogue. 19659002] "Le jour où l'ouragan Katrina a frappé la Nouvelle-Orléans, le pétitionnaire et moi avons convenu de nous rendre dans un établissement de rééducation", a-t-il déclaré.

Stephanie affirme également que Jim a failli avoir tué le chiot de la famille.

À une occasion, le chien a uriné dans la maison.

 Jim Cummings a accusé son ex-femme de vouloir ruiner sa carrière et sa réputation

Jim Cummings a accusé son ex-femme d'essayer de ruiner dans sa carrière et sa réputation

Stephanie allègue que Jim a puni l’animal en le plaçant dans un seau en métal à l’extérieur lorsque la température était supérieure à 100 degrés.

«Le chien a failli mourir», dit-elle en l'accusant d'avoir mari de "le laisser là longtemps."

Jim nie l'allégation.

"Il y a eu un incident où j'ai mis une" baignoire "(pas un seau en métal) sur un chien pour l'isoler brièvement sous forme [traduction]

Stephanie affirme que, lors d'un autre incident, Jim avait pris un balai.

et frappé le chiot si fort qu'il a brisé la hanche du chiot nécessitant une intervention chirurgicale. "

Stephanie, qui veut la garde complète de leurs enfants, dit Jim, qui est une" version beaucoup plus petite de Harvey Weinstein ", est un danger pour les enfants

Elle dit que Jim vit maintenant avec une femme, Peggy Schinke, qui était aussi ancien ouvrier impliqué dans le réseau de prostitution dirigé par la madame hollywoodienne Heidi Fleiss '.

' Winnie l'ourson vit avec une pute, paye une putain pour se faire passer pour sa petite amie, viole et maltraite la mère de ses enfants ', Stephanie

Jim, dans le même temps, accuse Stephanie d’avoir tenté de ruiner sa carrière et sa réputation.

"Elle aura des accès d’hostilité à mon égard et son comportement et son attitude changent souvent sans prévenir", at-il déclaré.