Pour un tour d'enfer

Pour un tour d'enfer
 

Alistair Petrie et David Harbour dans Hellboy.

Hellboy
2 étoiles
Réalisateur: Neil Marshall
Avec: David Harbour, Milla Jovovich, Ian McShane, Sasha Lane, Daniel Dae Kim
Durée: 120 mins
Classe: 15
KRS Releasing Ltd

Hellboy n’est pas votre super-héros typique - grand, imposant physiquement et extrêmement menaçant à regarder, sa peau est rouge feu et sciée les cornes sont la caractéristique déterminante de son visage - pourtant à l'intérieur se trouve un mi-homme, un demi-démon prêt à faire ce qui est juste dans un monde de mal. Créé par Mike Mignola dans les bandes dessinées éponymes, Hellboy a fait ses débuts sur le grand écran en 2004 avec Hellboy, suivi d'une suite dans la suite de Hellboy II: The Golden Army.

Ce sont deux films qui reposent fièrement sur Filmographie du réalisateur mexicain Guillermo Del Toro. Le réalisateur a longtemps imprégné son travail d’un mélange étrange et poétique de conte de fées et d’horreur, y compris de ses travaux sur les films Hellboy, qui, combinés à une approche de premier ordre de l’acteur Ron Perlman, ont fermement ancré le film dans la tradition du film fantastique. 19659010] Le succès du personnage et la pléthore de films de super-héros qui ont été réalisés depuis ont rendu inévitable une "réinvention" du personnage de Hellboy; Pourtant, les fans purs et durs vont faire un tour d'enfer lorsqu'ils renoueront avec le personnage de cette interprétation - et je ne dis pas cela dans le bon sens.

Joué ici par David Harbour (de Stranger Things), Hellboy est envoyé à Angleterre par le Bureau de la recherche paranormale et de la défense, apparemment pour combattre un trio de géants déchaînés. Cependant, dès qu'il découvre qu'il a été envoyé sous de faux prétextes, Hellboy apprend également que la reine de sang, Nimue (Milla Jovovich), décédée et morte des siècles auparavant, est de retour pour venger sa mort. Et elle est très en colère. Hellboy, son vieil ami Alice Monaghan (Sasha Lane) et l'officier du BPRD Ben Daimio (Daniel Dae Kim), Hellboy se propose de faire ce qu'il fait de mieux - empêcher la fin du monde.

Les scènes d'ouverture de Hellboy semblent prometteuses. Une voix off irrévérencieuse nous emmène en 512 après JC, lorsque Nimue se heurte au roi Arthur (oui, ce roi Arthur) et aboutit au mauvais bout d'Excalibur. Nimue reposant par morceaux, nous nous dirigeons ensuite vers le Mexique moderne au beau milieu d’un match de lutte mexicain typique, et le changement spectaculaire de scène est étrangement incongru.

L’approche du nouveau directeur, Neil Marshall, est très différente de celle de Del Toro. Il n'y a rien de mal en soi en cela. Après tout, avec la réalisation d'épisodes de Game of Thrones and Westworld et du film d'horreur The Descent sur son CV, il était évident que Marshall apposerait son propre sceau sur le film.

Cependant, il devient rapidement alarmant de constater qu'il est beaucoup trop investi dans le défilé de personnages démoniaques qui se déchaînent à l'écran dès le départ, leur permettant de passer en revue toutes les choses qui ressemblent à de l'intrigue ou au développement du personnage. Et malgré les seaux de sang et les gallons de sang que l'on renverse chaque fois qu'ils se heurtent à Hellboy - ce qui est tout le temps - si implacable, bruyant et chaotique, l'action est si rapide que la fatigue des créatures s'installe rapidement.

That Cette situation est aggravée par les intrigues inégales et le changement constant de ton qui permet à peine au public de vraiment comprendre ce qui se passe et de ressentir un suspense ou des frissons, sans parler de la terreur. Cela rend pratiquement impossible la connexion du public avec les personnages.

Harbour est de loin la meilleure chose à faire ici, et sort du chaos avec sa dignité intacte. Son interprétation du personnage rend justice à Perlman, dont les chaussures ont dû être assez difficiles à remplacer. Sous la lourdeur du personnage, Harbour projette sans effort sa personnalité plus grande que nature - son humour drôle, sa force physique et morale innée, ses nombreux défauts et vulnérabilités, et notamment sa conscience trop aiguë qu'il est phénomène parmi les hommes. Pour le reste de la distribution, Jovovich est aux prises avec un rôle de type hissy-villain qui lui laisse peu à faire.

Pendant ce temps, les quelques scènes entre Hellboy et son père adoptif, le professeur Bloom (joué avec goût par Ian McShane) et leurs querelles incessantes offrent certains des meilleurs moments du film.

Entre-temps, comme presque tout le reste, la chimie entre Harbour et ses acolytes, Lane et Dae-Kim, ne s'enflamme jamais ... sans vie spectaculaire. jusqu'à la promesse du film "Hellboy est de retour, et cette fois-ci il est en feu!"

 Le parc Wonder Park est situé dans un parc d'attractions magique géré par un groupe d'animaux. Le parc Wonder Park est situé dans un parc d'attractions magique dirigé par un groupe d'animaux.

Montrant également

Wonder Park (Classification U) - June Bailey, une jeune fille en herbe à l'imagination brillante, et sa mère racontent l'histoire de Wonderland, un amusement magique. parc tenu par un groupe d'animaux: Boomer , un gros ours bleu qui accueille les invités; Greta, un sanglier; Gus et Cooper, frères de castor; Steve, un porc-épic amoureux de Greta; et Peanut, le chef du parc et chimpanzé capable de créer des manèges en écoutant la voix de la mère de June.

Traversant le béton (Classification 18) - Brett Ridgeman (Mel Gibson) et Anthony Lurasetti (Vince Vaughn) sont deux policiers travaillant dans le quartier urbain de Bulwark. Lors d’une récession, le Ridgeman, plus âgé et plus instable, traite inutilement avec un suspect et utilise son pied pour coincer le visage de l’homme dans une issue de secours. Ils versent également de l'eau froide et se moquent de la petite amie partiellement sourde du suspect.