Un séjour à Singapour | Daily Express en ligne

Un séjour à Singapour | Daily Express en ligne
 

Un séjour à Singapour

Publié le: dimanche 29 septembre 2019

De: Sylvia howe


Je reste dans la métropole floue, buzzy, pendant quatre jours, et je m'amuse.

Hier soir, nous avons regardé le Grand Prix à la télévision dans notre chambre, économisant de l'argent, restant dans le froid en sirotant une bière et évitant la foule. Nous ne l’avions pas mal compris, ce que j’ai regretté de ne pas avoir acheté des billets pour Toots and the Maytals, un groupe de reggae que j’ai toujours aimé. Qu'à cela ne tienne, nous sommes allés plutôt au Blu Kousina, un restaurant grec de Dempsey Hill. De la bonne nourriture, du personnel de glace, un apport ENORME - pas cher, mais nous avons appris que nous n’avions pas besoin de autant que nous le pensions à première vue.

J'ai fait une nouvelle et charmante découverte en me rendant à Tiong Bahru. L’endroit est unique: le plus ancien lotissement de Singapour, construit dans le style déco des années 1930 et conservé dans sa gloire basse de style Streamline Moderne aux murs de briques et de murs blancs.

Fenêtres à hublots, escaliers extérieurs en colimaçon, angles arrondis, balustrades en acier inoxydable caractérisées par des toits plats et des bandes de course indiquant la vitesse. Les blocs 81 et 82 situés le long de la route Tiong Poh étaient connus comme les crevés de l’avion parce qu’ils apparaissaient, de loin, comme les ailes d’un avion. Son nom signifie un nouveau cimetière (Tiong, mourir à Hokkien et vous savez ce que signifie bahru), et de nombreux corps ont été exhumés afin que le bâtiment puisse débuter dans une ville à court d'espace pour ses habitants moins fortunés. Des maîtresses et des danseuses travaillant au parc d'attractions Great World (1929 - 1978) étaient hébergées dans des appartements. Le quartier s'appelait donc Mei Ren Wo (tanière des beautés) ou Er Nai Chun (village des maîtresses).


PUBLICITÉ


J'ai dégusté une salade, une bière et un gâteau aux carottes paisibles au PS Café Petit, un petit endroit français chaleureux pour un verre de vin ou une tasse de café. C’est apparemment devant l’un des derniers abris anti-raids de Singapour, qui pourrait contenir environ 1 600 personnes, à l’abri des attaques de la guerre. Il a été utilisé lors de raids aériens menés par les forces japonaises le 8 décembre 1941. Il y en a peut-être d'autres mais ils n'ont pas encore été retrouvés, bien que lors de la construction du plus grand bloc, le 78 Moh Guan Terrace, en 1940, ils avaient des abris dans leurs sous-sols. . Le bloc 55 le long de la route Tiong Bahru fut le premier, achevé en décembre 1936. Apparemment, la boulangerie située au 56 Eng Hoon Street était également un lieu à essayer, mais lorsque je fus largué là-bas, elle était fermée.

Des plats locaux sont disponibles - bien sûr - au marché juste en bas de la route (chwee kueh, nouilles aux crevettes, un stand de riz au poulet avec un Michelin Bib Gourmand…). Plus de 20 étals existent ici depuis plus de 30 ans et une quinzaine d’entre eux remontent aux années 50.

Cuisine grecque à Bakalaki, 3 Seng Poh Road, petits-déjeuners et autres au Flock Café 78 Moh Guan Terrace, café et brunch à Forty Hands, 78, rue Yong Siak. Le café Hua Bee a été ouvert dans les années 1940 au Block 78. C’est l’un des rares restants à Singapour à servir du café avec une tranche de beurre dans la tasse.


PUBLICITÉ


Je ne vais pas en dresser une longue liste - elle semble aller encore et encore - mais si vous voulez des fruits de mer, des fruits de mer, un pub, Nyonya et bien plus encore plus, ne cherchez pas plus loin. Ajoutez des livres, du yoga, des fleurs, des tissus d'ameublement à Yong Huat, des articles ménagers, des disques et des œuvres d'art.

Le plus ancien temple du roi des singes à Singapour, l'un des 40 dans toute la ville, se trouve dans Eng Hoon Street. Avec ses nombreuses statues du dieu, il est dit que c'est la plus ancienne - fondée dans les années 20 et déplacée à son emplacement actuel en 1938. Elle est dédiée à Sun Wu Kong, le roi des singes de Journey to the West, le 16e de Wu Chen-en conte de siècle.

J'ai également eu un beau massage de Sabahan Vie à Nimble and Knead, 66 rue Eng Watt, puis au jardin Seng Poh, une charmante place avec des tables et des chaises, et une statue d'une danseuse du sculpteur de Sarawak, Lim Nang Seng décédé en 1987.


Cet endroit a un calme tranquille pendant la journée, et les bâtiments sont très bien entretenus. Il a la vie, le charme et l'histoire. Ne le manquez pas - attrapez-le avant qu’il ne devienne trop branché, alors qu’il ya toujours un restaurant chinois bruyant dans un coin et que les lumières de l’appartement montrent aux familles qui regardent la télévision ensemble. Je suis ravi de l'avoir trouvée et j'y retournerai!