Le moratoire temporaire sur les permis de divertissement échoue faute de deuxième

Le moratoire temporaire sur les permis de divertissement échoue faute de deuxième
 

Une motion pour discuter et voter sur un moratoire temporaire sur les permis de divertissement a échoué lorsqu'elle n'a pas été appuyée lors de la réunion du conseil du village du 14 juin.

Les demandes de divertissement, bien que définies et réglementées dans le code des alcools, n'ont pas été appliquées. au cours des années, et le sujet de l'interdiction temporaire des utilisations de divertissement, telles que les disc-jockeys ou la musique live, a été longuement discuté par le comité ad hoc mis en place pour trouver des solutions aux problèmes actuels des bars de Madison Street. Les membres du comité ont soutenu l'application du code, qui oblige tout établissement souhaitant offrir des divertissements à remplir une demande du village.

Le divertissement, dans le code des alcools actuel, est défini comme « tout spectacle public, exposition théâtrale, animée ou inanimée, dispositif de divertissement musical, musical, mécanique ou manuel. »